Une fugitive de l'ETA arrêtée à l'aéroport de Madrid

La police espagnole a arrêté dimanche une femme de 66 ans, membre du groupe séparatiste basque ETA, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Son unité avait tué plusieurs officiers de police dans les années 1980.

Maria Jesus Elorza Zubizarreta, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen émis par la France en 2006, a été arrêtée par la police à l'aéroport Adolfo-Suarez de Madrid-Barajas, selon le communiqué du ministère.

Egalement connue sous son pseudonyme de "Karakate", Maria Zubizarreta était membre de l'unité Donosti de l'ETA dans la province basque de Guipuscoa, précise le communiqué. Elle avait fui en France en 1984, y rejoignant les structures clandestines de l'ETA.

L'ETA, rendu responsable de la mort de 829 personnes en plus de 40 ans de lutte armée pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre, a annoncé en octobre 2011 mettre fin à la violence.

Très affaibli, le groupe refuse néanmoins de se dissoudre et de rendre les armes. Il demande des négociations sur le sort des prisonniers de l'ETA et de ses membres encore dans la clandestinité.

Chaîne humaine de 123 km

Par ailleurs, des dizaines de milliers de Basques ont formé dimanche une chaîne humaine longue de 123 kilomètres en se donnant la main. Ils demandent l'organisation d'un référendum sur l'indépendance du Pays basque espagnol.

Inspirés par une initiative similaire des Catalans l'an dernier, les organisateurs de l'événement intitulé "C'est entre nos mains" ont estimé que 100'000 personnes avaient répondu à l'appel.

Les manifestants portant les couleurs rouge, blanche et verte du drapeau basque se sont donné la main de Durango à Pampelune, ville de la province voisine de Navarre mais qui fait partie culturellement et linguistiquement du territoire basque.

Le 29 mai, les élus du Parlement régional basque ont symboliquement adopté une déclaration d'autodétermination demandant l'octroi de pouvoirs supplémentaires.

/ATS


Actualisé le