Tueries en France: le travail des services de renseignement défendu

Le Premier ministre français François Fillon a affirmé vendredi matin qu'il n'existait "aucun élément permettant d'appréhender" le tueur présumé de sept personnes dans la région de Toulouse avant ses passages à l'acte. L'homme était pourtant fiché pour son militantisme salafiste."On n'a pas le droit dans un pays comme le nôtre de surveiller en permanence sans décision de justice quelqu'un qui n'a pas commis de délit (...) Nous vivons dans un Etat de droit", déclaré M. Fillon à la radio RTL. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes