Sharif demande à Obama de mettre fin aux frappes de drones

Le Premier ministre pakistanais a dit mercredi avoir insisté auprès du président des Etats-Unis Barack Obama pour qu'il mette fin aux frappes de drones au Pakistan. Leur usage est dénoncé par Islamabad et des organisations de défense des droits de l'homme.

"J'ai aussi évoqué la question des drones pendant notre réunion, en insistant sur la nécessité de mettre fin à de telles frappes", a déclaré M. Sharif après cette rencontre qui a eu lieu à la Maison Blanche.

Le président américain n'a de son côté pas spécifiquement mentionné la question des drones face aux journalistes mais une déclaration commune diffusée après la réunion a affirmé que les relations entre les deux pays étaient "fondées sur les principes du respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale".

Il a toutefois reconnu l'existence de tensions et de "malentendus" entre le Pakistan et les Etats-Unis.

Réduire les effets du terrorisme

Depuis 2004, entre 2000 et 4700 personnes, dont des centaines de civils, selon différentes évaluations, ont été tuées par plus de 300 tirs d'aéronefs américains sans pilote dans les zones tribales du nord-ouest pakistanais.

Le président Obama lui-même a fini par reconnaître officiellement l'existence de ce programme de frappes clandestines mené par la centrale du renseignement (CIA),.

Il a noté mercredi que "le Premier ministre s'est engagé clairement à essayer de réduire les effets du terrorisme sur le Pakistan", un pays qui a "souffert" de telles violences, a-t-il dit.

Concernant l'Afghanistan voisin, d'où doivent partir 87'000 soldats de l'OTAN d'ici à la fin 2014, M. Obama a promis d'oeuvrer à un accord avec Kaboul sur la présence américaine après cette échéance qui satisferait aussi le Pakistan.

Aide par les Etats-Unis

Il a assuré être "confiant" dans la conclusion prochaine d'un accord avec les autorités afghanes, qui "sera non seulement bon pour l'Afghanistan, mais protègera aussi le Pakistan à long terme".

Avant cette visite, les Etats-Unis ont annoncé mardi le déblocage de 1,6 milliard de dollars d'aide au Pakistan.

Crise grave

Les relations entre Washington et Islamabad ont connu une crise particulièrement grave après le décès dans un raid américain en mai 2011 du chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden, qui vivait caché en territoire pakistanais.

M. Obama a toutefois rencontré en tête-à-tête en 2012 son homologue d'alors, Asif Ali Zardari, et l'un des prédécesseurs de M. Sharif, Yousuf Raza Gilani, en marge de sommets internationaux.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus