Russie et Etats-Unis s'entendent sur les armes chimiques de Damas

La Russie et les Etats-Unis sont tombés d'accord sur un plan d'élimination des armes chimiques de la Syrie. En six points, le texte fixe un calendrier précis pour que Damas obtempère.

Il donne une semaine aux autorités syriennes pour présenter la liste de leurs armes chimiques, a précisé le secrétaire d'Etat américain John Kerry lors d'une conférence de presse avec le ministre russe Sergueï Lavrov, après deux jours de discussions à Genève.

L'accord prévoit un accès en Syrie pour des inspecteurs "pas plus tard qu'en novembre" afin d'inspecter tous les sites. L'objectif est d'avoir retiré toutes les armes chimiques de la Syrie à la mi-2014.

John Kerry a indiqué que les experts sont arrivés "à une estimation commune sur les quantités et les types d'armes possédées par le régime d'Assad", l'un des principaux points d'achoppement des discussions. Un responsable américain a précisé que la Syrie détient 1000 tonnes d'armes chimiques réparties sur 45 sites.

Accord rejeté par l'opposition syrienne

L'accord conclu entre les Etats-Unis et la Russie prévoit l'adoption d'une résolution de l'ONU se référant au chapitre VII sur le recours à la force. Le chef de la diplomatie russe a affirmé que "l'objectif fixé par les présidents Obama et Poutine pour mettre sous contrôle les armes chimiques syriennes a été atteint".

"Nous attendons une application stricte des exigences formulées et au cas où elles ne seraient pas appliquées par qui que ce soit, le Conseil de sécurité réagira selon le Chapitre VII de l'ONU", a déclaré Sergueï Lavrov.

Le secrétaire d'Etat américain rencontrera à nouveau son homologue lors de l'Assemblée générale de l'ONU, fin septembre. Les Etats-Unis et la Russie pourraient alors fixer une date pour la conférence de paix "Genève II" afin de mettre un terme au conflit qui a fait plus de 100'000 morts et deux millions de réfugiés en deux ans.

Le chef de l'opposition syrienne, le général Sélim Idriss, a rejeté l'accord russo-américain. "Nous, l'Armée syrienne libre, ne sommes pas concernés par cet accord. Nous n'avons pas d'armes chimiques et moi et mes frères, nous allons continuer à nous battre jusqu'à la chute du régime", a-t-il déclaré. "Nous ne pouvons pas accepter cette initiative".

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes