Rapprochement Hamas-OLP: Israël suspend les négociations de paix

Israël a décidé jeudi de suspendre les négociations de paix avec les Palestiniens, à la suite de l'accord de réconciliation entre le Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). La direction palestinienne va étudier "toutes les options" pour répondre à cette décision.

Le cabinet de sécurité, qui comporte les plus importants ministres du gouvernement israélien, "a décidé à l'unanimité que le gouvernement israélien ne négociera pas avec un gouvernement palestinien s'appuyant sur le Hamas, une organisation terroriste qui appelle à la destruction d'Israël", indique le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Interrogé par la chaîne de télévision américaine NBC, M. Netanyahu a estimé que l'accord interpalestinien est "un pacte (qui) tue la paix". Selon lui, "ce qui s'est passé est un grand revers pour la paix, parce que nous espérions que le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas fasse sienne l'idée d'un Etat juif et celle de deux Etats-nations: l'un palestinien et l'autre juif".

"Un énorme pas en arrière"

"Mais en fait il a fait un énorme pas en arrière et conclu un pacte avec le Hamas, une organisation terroriste qui appelle à la destruction d'Israël", a-t-il poursuivi. Dès l'annonce mercredi de l'accord interpalestinien, le gouvernement israélien avait annulé une séance de négociations prévue dans la soirée avec les négociateurs palestiniens.

Dans son communiqué, publié à l'issue d'une réunion de cinq heures du cabinet de sécurité, le bureau du Premier ministre a indiqué qu'Israël allait "prendre un certain nombre de mesures en réponse aux gestes unilatéraux" des Palestiniens. Il n'a pas donné de précisions dans l'immédiat sur ces "mesures".

Selon les médias israéliens, l'Etat hébreu pourrait notamment imposer des sanctions économiques à l'Autorité palestinienne, qui contrôle la Cisjordanie.

Possible adhésion à de nouveaux traités

La direction palestinienne va étudier "toutes les options" pour répondre à la décision d'Israël, a réagi le négociateur Saëb Erakat. "La priorité maintenant pour les Palestiniens est la réconciliation et l'unité nationale", a-t-il affirmé.

A Washington, un membre de l'administration fédérale a souligné que les Etats-Unis allaient devoir réfléchir à l'aide financière allouée aux Palestiniens si ce gouvernement d'union voit le jour.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes