Port sicilien de Pozzallo: 45 corps dénombrés et non plus trente

Quarante-cinq cadavres de migrants, et non une trentaine, ont été dénombrés sur le bateau remorqué mardi par la marine italienne dans le port sicilien de Pozzallo, ont indiqué mercredi les services de secours cités par les médias italiens. Les premiers témoignages font état de scènes d'horreur.

Toutes les victimes sont des hommes, majeurs, en provenance de l'Afrique centrale, selon le bilan définitif de l'opération. La police italienne a ouvert une enquête. Deux médecins ont été chargés par le parquet régional de Raguse de procéder à des autopsies, pour déterminer les causes exactes de leur mort.

Dans la cale

Les premiers témoignages de rescapés ont fait état de scènes d'horreur pendant la traversée. Une partie des victimes ont été enfermées dans une cale frigorifique où est stocké normalement le poisson sur les bateaux de pêche. Ils sont morts asphyxiés par des gaz d'échappement et en raison de l'entassement.

Des migrants en larmes ont expliqué aux sauveteurs avoir tenté de secourir leurs proches et amis, mais les trafiquants ont refusé d'ouvrir la porte.

Stefano Frumento, capitaine d'une frégate qui a participé au sauvetage, a décrit la vision tragique de ce bateau, avec des femmes enceintes, des enfants et des hommes, agitant les mains en signe de détresse. "Je n'avais jamais vu autant de gens entassés comme ça, 600 personnes sur une longueur de 20 mètres", a-t-il raconté au quotidien "La Stampa". Ceux qui ont survécu ont tous débarqué en Sicile.

"Nouvel Auschwitz"

"Ce trou avec des dizaines de corps entassés les uns sur les autres c'était comme une fosse commune, c'est le nouvel Auschwitz de la Méditerranée", a réagi un policier sicilien, Nico Ciavola.

Depuis le début de l'année, selon les autorités italiennes, plus de 65'000 migrants et réfugiés, fuyant les guerres ou la pauvreté, ont débarqué en Italie.

/ATS


Actualisé le