ONU: preuves de l'utilisation du gaz sarin le 21 août en Syrie

Les experts de l'ONU qui ont enquêté en Syrie ont trouvé des "preuves flagrantes" de l'utilisation de gaz sarin lors du massacre du 21 août près de Damas, indique leur rapport. Leurs conclusions doivent être présentées lundi soir par Ban Ki-moon aux ambassadeurs des 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU.

La première page du rapport, remis dimanche au secrétaire général de l'ONU par le chef des inspecteurs Aake Sellström, ajoute que "des armes chimiques ont été utilisées à relativement grande échelle" au cours du conflit syrien "contre des civils, y compris des enfants".

Le document précise que l'attaque du 21 août, qui a fait plus de 1400 morts selon l'administration américaine, a été perpétrée à l'aide de "roquettes sol-sol contenant du gaz sarin".

Ban Ki-moon avait estimé vendredi que ce rapport confirmerait "de manière accablante" l'utilisation d'armes chimiques. Mais celui-ci ne désignera pas directement les responsables de cette utilisation, le mandat des enquêteurs ne prévoyant pas qu'ils puissent se prononcer sur ce point.

Moscou accuse les rebelles

Les pays occidentaux accusent le régime syrien d'avoir mené l'attaque du 21 août dernier et 13 autres attaques à l'arme chimique depuis le début de la guerre en Syrie, en mars 2011.

Moscou a toujours cherché à dédouaner son allié syrien et accuse les rebelles d'avoir fomenté des attaques chimiques pour faire accuser Damas et provoquer une frappe militaire occidentale.

Sur le plan diplomatique, le président français François Hollande et les chefs des diplomaties américaine et britannique, John Kerry et William Hague, ont jugé "essentiel" de parvenir à "une résolution forte et contraignante" à l'ONU sur la Syrie. Ils s'exprimaient à l'issue d'une rencontre à Paris.

"Nous souhaitons un calendrier précis" pour le contrôle et le démantèlement de l'arsenal chimique du régime syrien, a indiqué la présidence française.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes