Une cinquantaine de morts dans un nouveau massacre en Centrafrique

Une cinquantaine de personnes ont été tuées en deux jours d'affrontements entre chrétiens et musulmans dans la région de Bambari, en République centrafricaine, selon des témoins. Des miliciens chrétiens anti-balaka ont estimé que ces tueries étaient le fait de "jeunes incontrôlés".

Bambari, à 380 km au nord-ouest de la capitale Bangui, est l'un des principaux foyers de tension dans le pays. Une première attaque, lancée à la périphérie de la ville lundi matin par des miliciens chrétiens "anti-balaka", a provoqué des représailles menées par des jeunes musulmans, ont rapporté des témoins.

L'un de ces témoins a évoqué mardi au moins 22 corps dans le village de Liwa, à sept kilomètres de Bambari, à la suite de l'attaque des "anti-balaka".

Robert Ponsien, qui coordonne l'action de l'ONG Médecins sans frontières (MSF) à Bambari, a déclaré que les violences de lundi y avaient fait 34 tués. "A l'hôpital, nous avons aussi 28 personnes blessées", a-t-il dit à Reuters. Un officier de la force de l'Union africaine en Centrafrique (MISCA) a lui évoqué 17 tués lundi.

6000 personnes ont fui

"Cette attaque a entraîné des violences dans le centre de Bambari où des tirs ont été entendus dans certains quartiers, faisant quelques morts ainsi que des blessés et fuir au moins 6000 personnes à l'évêché, à la cathédrale Saint-Joseph notamment", a-t-il expliqué.

Des soldats français de l'opération Sangaris ont ensuite pris position pour faire baisser la tension dans Bambari, ville où l'ex-rébellion Séléka a établi son nouvel état-major depuis son départ en janvier 2014 de la capitale, Bangui, sous la contrainte des militaires français et africains.

Un porte-parole de la force française Sangaris a précisé que la situation avait dégénéré à Bambari lorsque des soldats ont quitté la ville pour aller enquêter sur les violences commises à Liwa.

Interrogés sur ces nouvelles violences, des responsables anti-balaka à Bangui ont nié que leurs miliciens en aient été à l'origine. Ils ont dit ne pas reconnaître "ces jeunes incontrôlés agissant de leur propre chef pour des raisons inavouées et qui multiplient de tels actes dans la région". A chaque tuerie qui leur est attribuée, les anti-balaka se dédouanent, affirmant qu'elle est le fait de "faux anti-balaka".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus