Les obsèques de Chokri Belaïd devraient avoir lieu vendredi

La crise politique en Tunisie perdure. Au lendemain de l'assassinat d'un opposant, les islamistes au pouvoir rejettent la formation d'un gouvernement de technocrates proposée par le Premier ministre. Par ailleurs, un appel à une grève générale vendredi a été lancé.Des heurts ont opposé jeudi quelques centaines de manifestants et la police à Tunis et Gafsa (centre). Elles font suite aux graves violences de la veille à Tunis qui ont fait un mort dans les rangs de la police. A Siliana (nord-est), des manifestants ont brûlé aussi le siège du parti islamiste Ennahda, au pouvoir. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes