La piste terroriste privilégiée après l'attaque du Musée juif

La piste terroriste était privilégiée lundi dans l'enquête sur l'attaque de samedi au Musée juif de Bruxelles. L'auteur a tué quatre personnes, dont deux touristes israéliens. Il n'a pas encore été retrouvé.

D'abord confiée au parquet de Bruxelles, qui avait ouvert une instruction pour "assassinats", l'affaire a été reprise lundi par le parquet fédéral, compétent pour les faits de terrorisme et ceux ayant des ramifications internationales. Le dossier n'est toutefois pas encore requalifié de "terroriste", a indiqué une porte-parole du parquet de Bruxelles, Ine Van Wymersch.

Ce renvoi a été décidé sur la base "de l'identité et de la nationalité des victimes" - un couple de touristes israéliens, une bénévole française du musée et un jeune employé belge - et suite à l'analyse des images de l'attaque, prises par les caméras de surveillance.

Le décès de la quatrième victime, un jeune Belge, a été annoncé par son entourage et la direction du musée. Mais le parquet refusait de le confirmer lundi.

Un tueur "déterminé"

Les images de vidéosurveillance, diffusées dimanche par la police dans le cadre d'un appel à témoins, montrent "un individu de sang-froid et bien déterminé dans ses actes", a relevé Mme Van Wymersch.

On y voit un homme portant une casquette et des lunettes tirer vers la réception du musée, avec une arme automatique de type Kalachnikov, avant de s'enfuir. Décrit par la police comme "athlétique" et de corpulence moyenne, il est âgé d'une trentaine d'années, selon un témoin.

Comme Mohammed Merah

Le tabloïd belge "Dernière Heure" a fait monter la pression en affirmant que le tueur portait une caméra à la bandoulière d'un de ses sacs pour filmer la tuerie, comme Mohammed Merah il y a deux ans dans le sud de la France. Ce Franco-Algérien avait tué quatre Juifs, dont trois enfants, et trois militaires.

La justice belge s'est gardée de qualifier cette tuerie d'acte "terroriste" ou "antisémite". Mais dès samedi, la sécurité des lieux fréquentés par la communauté juive en Belgique a été relevée au niveau maximal.

/ATS


Actualisé le