La foule investit Washington pour célébrer Martin Luther King

Les Etats-Unis célébraient mercredi le 50e anniversaire du fameux discours de Martin Luther King ("I have a dream...") pour la défense des droits civiques. Apothéose de la commémoration de la "marche sur Washington", Barack Obama doit intervenir depuis l'endroit même où le discours a été prononcé.

Sur les traces du défenseur des droits civiques, le premier président noir des Etats-Unis a l'intention de "célébrer ce qui a été accompli par tous ces gens grâce auxquels nous sommes là aujourd'hui", a-t-il expliqué mardi à une radio. Des milliers de marcheurs étaient rassemblés sur la principale artère de Washington.

Les anciens présidents Jimmy Carter et Bill Clinton doivent aussi prononcer une allocution. Dans la foulée de ces discours tant attendus, le son des cloches a retenti à 19h00, l'instant même où le pasteur noir avait achevé son discours.

Les cloches ont également sonné dans plusieurs villes du monde, comme à Tokyo, Katmandou ou encore en Suisse, à Lutry et Montreux (VD).

Le discours de "MLK", le 28 août 1963, avait rassemblé près de 250'000 personnes et dans sa fameuse litanie "Je fais un rêve", l'ancien révérend avait en particulier espéré voir un jour "les petits enfants noirs prendre la main des petits enfants blancs".

Importantes inégalités

Au micro de "Syndicated radio", une radio très écoutée par la communauté noire, M. Obama a reconnu mardi que d'importantes inégalités persistaient entre les minorités et la majorité blanche. Le taux de chômage des Noirs (12,6%) est quasiment le double de la moyenne.

Martin Luther King, assassiné par un Blanc en 1968 à l'âge de 39 ans, "serait émerveillé par les progrès que nous avons faits" depuis l'époque de la ségrégation, a estimé le président. Mais le pasteur "dirait que nous n'avons pas fait autant de progrès (dans ce volet) qu'en matière civique et sociétale, et qu'avoir un président noir n'est pas suffisant", a-t-il concédé.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes