La Croatie s'apprête à célébrer son entrée dans l'Union

La Croatie célèbre dimanche son entrée historique dans l'Union européenne dont elle deviendra le 28e pays membre le 1er juillet. Les efforts démocratiques de cette ex-république yougoslave, indépendante depuis 1991, se voient ainsi couronnés.

Dimanche à minuit, le panneau de signalisation frappé de l'inscription "douane", sera symboliquement retiré du passage frontalier avec la Slovénie, la seule ex-république yougoslave qui ait rejoint à ce jour l'UE (2004) depuis le démantèlement de l'ancienne fédération communiste.

Dans le même temps un panneau portant le sigle de l'UE sera installé à l'extrême Est du pays, à la frontière avec la Serbie, pays à qui Bruxelles à donné vendredi son feu vert pour l'ouverture de négociations d'adhésion.

Peu avant minuit, l'ode à la joie de Beethoven - l'hymne de l'UE -, sera entonnée, puis le président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso et le président croate Ivo Josipovic prendront la parole au cours de cérémonies sur la place centrale de Zagreb.

Les présidents de tous les pays des Balkans seront au rendez-vous à Zagreb. Des milliers de Croates sont attendus sur la place centrale à une fête qui sera animée par 700 artistes, chanteurs, musiciens et danseurs. La Croatie est le premier Etat à rejoindre l'UE depuis l'adhésion, en 2007, de la Roumanie et de la Bulgarie.

La partie solennelle des cérémonies débutera à 23h00 et devait durer une heure et demie. Elle présentera quelques unes des perles du patrimoine culturel de la Croatie.

Crise économique, fort chômage

La crise économique frappe la Croatie, en récession depuis 2009, et où le taux du chômage touche 20% des 4,2 millions d'habitants. Le gouvernement de centre gauche espère que l'adhésion à l'UE encouragera les investissements étrangers dont le pays a grandement besoin pour relancer son économie en perte de vitesse.

En Croatie, le PIB est de 39% en dessous de la moyenne européenne, seule la Roumanie et la Bulgarie se placent derrière la Croatie. L'économie est en récession depuis 2009 dans ce pays où le taux de chômage est de 21%.

"300'000 chômeurs, que vont-ils fêter? Est-ce que l'UE a une baguette magique pour faire disparaître tous les problèmes", s'interroge un internaute sur la page officielle du gouvernement croate sur le réseau social Facebook.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus