L'opposition ukrainienne veut passer les fêtes dans la rue

Les chefs de file de l'opposition ukrainienne ont exhorté dimanche leurs partisans à passer Nouvel An sur la place de l'Indépendance, dans le centre de Kiev. Ils y manifestent depuis cinq week-ends contre la politique du président Viktor Ianoukovitch.

Ils étaient près de 100'000 ce dimanche pour rejeter la volte-face du chef de l'Etat qui a refusé de signer un accord d'association avec l'Union européenne pour pouvoir approfondir les relations avec la Russie. Si la mobilisation reste forte, elle est toutefois en recul par rapport au précédent week-end de contestation, où la foule était deux fois plus nombreuse.

"Nous ne partirons pas", a promis Vitali Klitschko, ex-champion du monde de boxe aujourd'hui à la tête du parti libéral Udar. "Nous fêterons le Nouvel An ici et nous fêterons Noël ici", a-t-il dit. Dans le calendrier orthodoxe ukrainien, Noël tombe le 7 janvier.

Il a également annoncé la formation d'un mouvement politique unifié, Maïdan (la place, en ukrainien), regroupant les divers courants de l'opposition réunis dans leur rejet du choix de Ianoukovitch. "Nous allons rendre la vie infernale à ce gouvernement", a renchéri le leader nationaliste Oleh Tiahnibok, autre voix de la contestation.

Brutale intervention

Les manifestations de rue ont éclaté à la suite de la décision prise par le président ukrainien le 21 novembre, alors que l'accord d'association et de libre-échange avec l'UE était prêt à être signé. L'intervention brutale des forces de l'ordre, au tout début du mouvement, a eu pour effet de galvaniser les contestataires,

Ceux-ci ont érigé des barricades dans le centre de Kiev. Ils ont même occupé un temps des bâtiments officiels, dont l'Hôtel de ville.

Mais le mouvement semble s'essouffler. D'autant plus que Ianoukovitch a obtenu récemment à Moscou une aide financière de la part de la Russie, qui s'est engagée à prêter 15 milliards de dollars à son voisin et a consenti à un important rabais sur la facture de ses livraisons de gaz naturel.

/ATS


Actualisé le