L'OTAN accuse Moscou d'attaquer l'Ukraine

Le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a accusé la Russie d'attaquer l'Ukraine. Il a pointé du doigt "un changement radical de notre environnement sécuritaire" à son arrivée à Newport, au Pays de Galles, où se tient un sommet de l'Alliance atlantique largement consacré au conflit ukrainien.

"L'implication russe sur le terrain" dans l'est de l'Ukraine jette le doute sur la volonté réelle de la Russie d'arriver à un cessez-le-feu, a ajouté M. Rasmussen.

"A propos du soi-disant plan de paix (proposé par le président russie Vladimir Poutine), permettez-moi de saluer tous les efforts entrepris pour trouver une solution pacifique à la crise en Ukraine", a-t-il encore dit à la presse à son arrivée au sommet. "Mais ce qui compte, c'est ce qui se passe vraiment sur le terrain. Et nous continuons d'observer, malheureusement, une implication russe dans la déstabilisation de la situation en Ukraine".

"Nous continuons d'appeler la Russie à retirer les troupes, à interrompre le flot continu d'armes envoyées en Ukraine et le soutien aux rebelles armés", a-t-il insisté. "C'est cela qui serait véritablement un effort pour rendre possible une solution pacifique" au conflit.

Porochenko sur place

La crise en Ukraine, où la Russie est accusée par les Occidentaux d'envoyer des soldats combattre aux côtés des séparatistes prorusses, devait dominer les débats lors de la première journée du sommet de l'Alliance atlantique.

Mercredi, le président russe a proposé un plan de règlement du conflit en sept points, et notamment "la fin des opérations offensives à Donetsk et Lougansk", deux bastions des rebelles.

Une première réunion entre le président ukrainien Petro Porochenko et les dirigeants américain, allemand, britannique, français et italien était prévue en fin de matinée à Newport.

L'après-midi, une commission OTAN-Ukraine doit être l'occasion de démontrer la solidarité occidentale avec ce pays et d'acter la création de quatre fonds de soutien pour moderniser l'armée ukrainienne. Les dirigeants des 28 pays de l'OTAN devraient aussi donner leur feu vert à une force de réaction rapide de plusieurs milliers d'hommes pour répondre à "l'agressivité" de la Russie dans la crise ukrainienne.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes