Israël libère 26 prisonniers palestiniens

Israël a libéré mardi 26 prisonniers palestiniens dans le cadre de ses négociations avec l'Autorité palestinienne. Ce geste attendu a eu lieu peu avant l'arrivée dans la région du secrétaire d'Etat américain John Kerry.

Le chef de la diplomatie américaine est à l'origine de la relance des pourparlers israélo-palestiniens en juillet dernier après trois ans de pause. Il doit partir mercredi pour son 10e voyage au Proche-Orient depuis sa nomination fin janvier. Il se rendra à Jérusalem et Ramallah.

Pour faciliter les discussions, Israël a accepté de libérer 104 prisonniers palestiniens de longue durée en quatre étapes. Les 26 libérés mardi constituent le troisième groupe. La plupart d'entre eux ont été condamnés pour le meurtre d'Israéliens et emprisonnés avant la signature des accords de paix intérimaires d'Oslo en 1993.

Dix-huit prisonniers sont arrivés au quartier général de l'Autorité palestinienne à Ramallah en Cisjordanie où les attendaient le président palestinien Mahmoud Abbas et leurs proches, a constaté un journaliste de l'AFP. Trois autres détenus sont arrivés dans la bande de Gaza. Cinq prisonniers ont de leur côté été libérés à Jérusalem-est.

Liesse

Les Palestiniens ont accueilli dans la liesse ces détenus considérés comme des héros nationaux. Les familles des Israéliens tués ou blessés par ces derniers ont déposé en vain des recours en justice pour empêcher leur libération. La Cour suprême israélienne a rejeté les derniers appels des victimes contre ces libérations lundi en début de soirée.

L'objectif des Américains est de définir d'ici avril le cadre d'un accord intérimaire portant sur toutes les questions au coeur du conflit israélo-palestinien, notamment la sécurité, le statut de Jérusalem et le sort des réfugiés. Il s'agirait ensuite d'ouvrir une nouvelle année de négociations censées déboucher sur un accord définitif permettant la création d'un Etat palestinien coexistant pacifiquement avec Israël.

Nouveaux obstacles

Cependant, Israël a annoncé son intention de construire 1400 nouveaux logements dans les colonies juives de Cisjordanie, ce qui risque de compliquer les discussions entre les deux parties. Il en va de même que la décision du gouvernement d'approuver, dimanche, un projet d'annexion de la rive occidentale du Jourdain, en Cisjordanie occupée, dont les Palestiniens veulent pourtant faire la frontière orientale d'un futur Etat.

La négociatrice en chef d'Israël, la ministre centriste de la Justice Tzipi Livni, a toutefois fait savoir qu'elle userait de toutes ses prérogatives pour empêcher l'adoption par la Knesset de ce projet issu de la frange la plus à droite du Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus