Fête nationale française: Hollande veut combattre le pessimisme

François Hollande s'est attaché dimanche dans un entretien télévisé à combattre le "pessimisme" des Français, après avoir présidé le défilé du 14 juillet qui a célébré, cette année, la "victoire" au Mali. Le chef d'Etat français a promis une reprise économique dans les prochains mois.

"La reprise, elle est là!", a assuré le président français, au plus bas dans les sondages. Il a notamment cité "une production industrielle qui repart". "Il y a l'assurance que le second semestre sera meilleur que le premier", a-t-il fait valoir en dépit du scepticisme général sur l'état de l'économie française.

Pour atteindre son objectif d'inversion de la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année (qui touche 11% de la population active), François Hollande n'a pas présenté de nouvelles mesures. Il compte encore sur la montée en puissance des outils mis en place, comme les emplois subventionnés destinés aux jeunes les moins qualifiés.

Pas de hausse d'impôts

Il a déclaré qu'il recourrait "dans l'idéal, le moins possible" à des augmentations d'impôts en 2014, et qu'il privilégierait le recul des dépenses afin de boucler le budget de la nation.

Ce timide regain de croissance bénéficiera à la France pour relever les défis qui l'attendent "dans les dix ans", avec en premier lieu, gage aux partenaires écologistes au gouvernement, la "transition énergétique".

Il a également indiqué que la France allait investir "beaucoup plus pour l'entretien des lignes (voies ferroviaires) classiques" au lieu de privilégier celles à grande vitesse après l'accident de train, qui a fait vendredi six morts près de Paris.

Traditionnel défilé militaire

Le président français avait commencé la journée de la Fête nationale en présidant le traditionnel défilé militaire sur les Champs Elysées, à Paris, en présence d'une foule nombreuse.

Soldats maliens et drapeaux des douze pays africains engagés aux côtés de la France au Mali en tête, panache tricolore de la patrouille de France dans le ciel: le défilé 2013 a été dense et bariolé pour célébrer ce que François Hollande a appelé une "victoire" au Mali.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus