Faute d'une bonne éducation, 129 milliards sont perdus (UNESCO)

Un dixième des dépenses mondiales pour l'école primaire, soit 129 milliards de dollars, se perdent dans une éducation de mauvaise qualité, déplore mercredi un rapport de l'UNESCO. L'organisation prône l'affectation des "meilleurs enseignants" aux élèves en ayant le plus besoin.

"A quoi bon une éducation si les enfants passent des années à l'école et en ressortent sans avoir acquis les compétences dont ils ont besoin?", relève Pauline Rose, directrice du 11e rapport de suivi de "l'Éducation pour tous".

"Pas trop tard"

"Au cours des dix années écoulées, les personnes vivant dans les groupes les plus marginalisés ont continué à être privées de chances d'éducation. Bien que nous soyons dans la dernière ligne droite", il n'est "pas trop tard pour donner un coup d'accélérateur", selon le document.

Dans les pays pauvres, "un jeune sur quatre est incapable de lire une seule phrase" et "en Afrique de l'Ouest, où peu d'enfants acquièrent les bases", plus de la moitié du corps enseignant est constituée d'"enseignants vacataires ayant "un salaire médiocre et peu de formation officielle", relève-t-il.

Quelque 250 millions d'enfants à travers le monde "n'apprennent pas les bases". En 2011, il y avait 57 millions d'enfants non scolarisés, la moitié dans des pays touchés par des conflits.

"Enseignants compétents"

Pour parvenir enfin à une amélioration, il faut "des enseignants compétents", plaide le rapport. Il appelle "les gouvernements" à les former et à "mettre les meilleurs d'entre eux à disposition de ceux qui en ont le plus besoin".

Les enseignants doivent recevoir une formation initiale qui "concilie la connaissance des matières à enseigner et la connaissance des méthodes d'enseignement", ainsi qu'une formation continue sur "les moyens de concentrer l'aide sur les enfants défavorisés".

Il faut aussi affecter ces professeurs "dans les régions où l'on en a le plus besoin" et "leur offrir des incitations afin qu'ils s'engagent à long terme dans l'enseignement", préconise le rapport, comme "un salaire qui corresponde au moins à leurs besoins fondamentaux, de bonnes conditions de travail ainsi qu'une perspective de carrière".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus