Au moins 60 civils tués à la veille de la présidentielle syrienne

Au moins 60 personnes ont trouvé la mort lundi en Syrie. Cette escalade de violence est intervenue un jour avant une élection présidentielle que Bachar al-Assad est assuré de remporter.

A Alep, "au moins 50 personnes (...) ont été tuées par des tirs d'obus et de roquettes sur les zones tenues par le régime", a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), proche des rebelles. De tels bombardements ont tué 23 personnes samedi et 27 dimanche. Ces éléments restent impossibles à vérifier de manière indépendante.

Des barils d'explosifs largués par des hélicoptères de l'armée ont par ailleurs fait 13 tués dans les zones de la ville aux mains des rebelles, ajoute l'ONG.

L'OSDH avait fait état de la mort de 2000 civils dont 500 enfants dans des raids aériens du régime contre les régions rebelles à Alep depuis janvier. Cette ancienne capitale économique de la Syrie, divisée entre quartiers rebelles et loyalistes, est entrée dans l'engrenage de la guerre en juillet 2012.

Dans un village

Par ailleurs, une "explosion terroriste dans le village d'al-Haraki a fait dix morts et causé d'importants dégâts dans les maisons. Elle a été provoquée par une voiture piégée tractant une citerne", a annoncé la télévision officielle.

En plus des cinquante civils tués samedi et dimanche, 230 autres ont été tués en deux mois par des bombardements rebelles contre les zones gouvernementales.

Scrutin dénoncé

Selon le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane, "l'escalade rebelle contre les zones du régime est liée aux imminentes élections" qui maintiendront Bachar al-Assad au pouvoir. L'opposition a dénoncé le scrutin qui se déroulera dans les seules régions tenues par le régime.

La guerre en Syrie a fait plus de 162'000 tués au total en trois ans et contraint près de la moitié de la population syrienne à fuir leur foyer.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes