Au Guatemala les voleurs de téléphone portable iront en prison

Le vol de téléphone portable pourra être puni de 15 ans de prison au Guatemala. Cela en vertu d'une nouvelle loi visant à limiter ce type de délinquance donnant lieu à des agressions violentes, parfois mortelles.

Approuvée mardi soir par le Parlement unicaméral, cette loi punit les voleurs de téléphone portable de 6 à 15 ans de prison. Elle instaure la création d'un registre des téléphones mobiles utilisés dans le pays, explique le Parlement sur son site Internet.

Les acheteurs d'appareils d'origine douteuse seront quant à eux passibles d'amendes de 40'000 à 100'000 quetzales (entre 4575 et 11'500 francs) ou de peines de cinq à 10 ans de prison.

La vente de téléphones volés sera passible d'amendes de 100'000 à 250'000 quetzales (entre 11'500 et 28'700 francs), assorties d'une peine de six à dix ans de réclusion.

Le but affiché de cette loi est de freiner les vols de téléphones portables, qui donnent souvent lieu à des agressions violentes et ont causé plusieurs décès. Il s'agit également de limiter les extorsions de fonds, les portables étant utilisés pour menacer les victimes à distance.

Registre des téléphones mobiles

Grâce au registre des appareils, "si quelqu'un menace ou commet un délit au moyen d'un téléphone mobile, on peut retrouver le propriétaire", a expliqué le président de la Commission des communications du Parlement, Luis Contreras. L'introduction de téléphones portables dans les prisons sera également puni.

Selon des chiffres officiels, plus de 12'000 portables sont volés chaque mois dans ce pays de 15 millions d'habitants. En 2012, 142'745 mobiles ont été déclarés volés, 40% de plus qu'en 2011.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes