Attaque d'un centre commercial à Nairobi: 30 morts

Trente personnes ont été tuées samedi lors de l'attaque d'un centre commercial de Nairobi par un commando lourdement armé, selon un nouveau bilan fourni par un haut gradé de la police kényane. Un suspect blessé dans la fusillade aurait été arrêté. Des clients kényans et des expatriés auraient également été pris en otage.

"Le bilan (des morts) s'élève désormais à 30. Cela inclut les personnes qui ont été tuées sur place et celles qui sont mortes à l'hôpital", a indiqué ce responsable à des journalistes.

La police avait indiqué auparavant qu'un suspect blessé dans la fusillade avait été arrêté et évacué à l'hôpital sous escorte armée. "C'est un suspect et il est traité comme tel. Il a été emmené à l'hôpital et restera sous surveillance pour être interrogé", a dit une source policière.

Les policiers qui l'ont arrêté "ont de bonnes raisons de croire qu'il est l'un des assaillants", a-t-elle ajouté sous couvert d'anonymat.

Responsables inconnus

Selon le ministre kényan de l'Intérieur Joseph Ole Lenku, il est trop tôt pour dire qui est responsable de cette attaque. "L'enquête a commencé pour trouver les auteurs de ce crime", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Les assaillants, qui s'exprimaient apparemment en arabe ou en somali selon des témoins, ont fait irruption à la mi-journée dans le centre commercial "Westgate Mall". Toujours bondé le week-end, cet endroit était régulièrement cité comme une cible possible de groupes liés à Al-Qaïda, tels les insurgés islamistes somaliens shebab.

Ils ont ouvert le feu à l'arme automatique et à la grenade sur la foule cosmopolite composée d'Africains, d'Indiens et d'Occidentaux, pour la plupart d'entre eux des clients, ainsi que sur le personnel du centre.

L'attaque est inédite dans la capitale kényane et pourrait être l'attentat le plus meurtrier depuis l'attaque-suicide d'Al-Qaïda qui avait visé en 1998 l'ambassade américaine de Nairobi et fait plus de 200 morts.

Armée en renfort

Des unités d'élite de l'armée kényane ont été déployées en renfort des nombreux policiers déjà sur place pour évacuer les clients et les employés piégés à l'intérieur du centre, survolé par des hélicoptères de la police et de l'armée.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes