Vignette: hausse de 6 ct du prix de l'essence comme alternative

L'alternative à la hausse à 100 francs du prix de la vignette est une augmentation du prix de l'essence de six centimes par litre, selon la ministre des transports et de l'énergie Doris Leuthard. L'opération est indépendante d'un renchérissement de 12 à 15 centimes du litre à la pompe que le Conseil fédéral prévoit à moyen terme.

Pour financer les routes nationales et les 400 km de routes cantonales intégrés au réseau suisse, lesquels "revêtent une importance nationale au regard de leur fréquentation", précise Doris Leuthard, "on ne peut que choisir entre l'augmentation de la vignette et celle de l'impôt sur l'essence", déclare la conseillère fédérale samedi dans une interview aux quotidiens "24 Heures" et "La Tribune de Genève".

Soumis au peuple le 24 novembre, le prix de la vignette passerait de 40 à 100 francs. "La deuxième option aurait entraîné une hausse de 6 centimes par litre", selon Doris Leuthard.

Celle-ci serait intervenue - ou pourrait intervenir, en cas de non dans un mois - indépendamment d'une autre augmentation du prix de l'essence, dans le pipeline du gouvernement. "Quel que soit le résultat le 24 novembre, cela viendra", affirme la ministre démocrate-chrétienne.

"En toute transparence"

Doris Leuthard veut parler du Fonds pour les routes nationales et les agglomérations, évoqué par le Conseil fédéral au début de cette année. "Avec ou sans augmentation de la vignette, nous mettrons en consultation en janvier la création de ce fonds qui engendrera une hausse du prix de l'essence de 12 à 15 centimes. Nous l'avons dit en toute transparence", précise Mme Leuthard.

Ce nouveau fonds permanent qui représenterait une extension du fonds d'infrastructure limité à 2027, serait inscrit dans la Constitution. Il garantira un financement sûr du réseau et de son extension. Mais si rien n'est fait, les routes auront une lacune de financement estimée entre 1,1 et 1,2 milliard de francs par an sur la période 2016-2030.

Or, le trafic motorisé nécessite des investissements massifs et il est "inévitable" que les automobilistes passent à la caisse.

Evoquant le contournement de Morges (VD), la ministre a déclaré: "nous serions prêts à débuter dès après la votation avec la planification du projet général". Un non empêcherait en revanche toute poursuite de cette planification.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus