Valais: le propriétaire de "Schakira" écope d'un avertissement

Une décision est tombée dans le litige qui oppose depuis deux ans l'éleveur haut-valaisan Sepp Karlen et la Fédération d'élevage de la race d'Hérens. Au lieu d'être frappé d'une suspension de deux ans, l'éleveur s'en tire avec un avertissement.

Tout est parti d'un verdict controversé du jury le 6 mai 2012 à Aproz (VS). Lors de la finale cantonale de première catégorie, le jury avait déclaré la vache de combat "Gentiane" gagnante contre "Schakira", appartenant aux frères Sepp et Renato Karlen de Törbel (VS).

Après les protestations d'éleveurs et de spectateurs, les propriétaires ont mené une nouvelle fois leurs deux bêtes dans l'arène, où "Schakira" l'a cette fois emporté. Par la suite, elle a été sacrée "reine des reines".

Comme Sepp Karlen s'était opposé au verdict du jury et renvoyé sa vache dans l'arène, la Fédération d'élevage de la race d'Hérens l'a frappé d'une suspension de deux ans. "Schakira" a toutefois pu garder son titre.

Sanction adoucie

Sepp Karlen a fait recours contre sa suspension, qui a maintenant fait l'objet d'une décision de la commission valaisanne de recours en matière agricole. Elle a atténué la sanction et l'a mutée en avertissement.

En revanche, elle a confirmé le verdict de culpabilité à l'encontre des deux éleveurs, a indiqué à l'ats le président de la commission de recours Bernhard Burkard, revenant sur un article du "Walliser Bote".

Contrairement à des éleveurs amis et le public, Sepp Karlen est resté plutôt calme et en partie passif, retient le verdict cité par le journal. Pour cette raison, un avertissement semble "suffisant et proportionné".

Sepp Karlen accepte le verdict, a-t-il déclaré au "Walliser Bote". Il agirait toutefois de la même manière en pareille situation et se battrait pour sa cause, ajoute-t-il.

Jusqu'au Tribunal fédéral

Reste à voir si la Fédération des éleveurs accepte également la décision de la commission: "Nous analyserons le verdict et déciderons ensuite si nous portons l'affaire plus loin", a annoncé à l'ats son président Alain Alter. Dans ce cas, il reviendrait au Tribunal fédéral - la plus haute instance judiciaire de Suisse - de se pencher sur le cas de "Schakira".

/ATS


Actualisé le