Un départ du président de la BNS inévitable, selon la presse suisse

La presse suisse voit dans la démission de Philipp Hildebrand de la présidence de la BNS une issue inévitable. Celui que l'on décrit comme "l'homme le plus puissant de Suisse" devait se retirer afin de restaurer la crédibilité de la banque centrale, estiment les éditorialistes."Le capitaine jette l'éponge pour sauver la crédibilité du navire BNS qui menaçait de prendre l'eau en éclaboussant son principal armateur, le Conseil fédéral", image ainsi le "Quotidien jurassien". Au-delà, le journal s'étonne que le départ du président de la Banque nationale suisse (BNS) ne survienne aussi rapidement. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes