Swisscom relève le prix de son offre d'achat sur PubliGroupe

Swisscom relève le prix fixé, il y a un mois dans le cadre de son offre publique d'achat (OPA) sur PubliGroupe. L'opérateur de télécommunications propose désormais, d'entente avec l'entreprise vaudoise, un montant de 214 francs par action, contre 200 francs initialement.

Du coup, le conseil d'administration de PubliGroupe recommande d'accepter inconditionnellement l'offre de Swisscom, ont indiqué les deux parties au dossier dans des communiqués distincts. Les grands actionnaires restants ont également approuvé le prix relevé par le géant bleu.

Ces grands actionnaires du groupe lausannois en mutation, avec la récente vente de son activité historique de régie publicitaire Publicitas, ont pour noms l'hoirie Alfred Borter, la Fondation Jean-Robert Gerstenhauer et la Fondation Consuela. Ces trois entités détiennent respectivement 11,37%, 12,87% et 1,04% du capital.

Le conseil d'administration de PubliGroupe recommande par ailleurs de rejeter l'OPA jugée insuffisante du groupe de presse alémanique Tamedia, qui a lancé la "bataille" il y a deux mois environ. Pour mémoire, l'offre, relevée de 40 francs à la mi-mai, porte sur un prix de 190 francs par action.

Un feuilleton de deux mois

Le feuilleton relatif à la prise de contrôle de PubliGroupe a dans un premier temps été caractérisé par la lutte entre Swisscom et Tamedia. Le numéro un suisse des télécommunications a dévoilé ses ambitions une semaine après l'éditeur zurichois.

A fin mai, les deux groupes ont fait part de leur entente pour acquérir la plate-forme local.ch, détenue à parts égales entre PubliGroupe et Swisscom, en fin de compte la véritable cible de leurs OPA respectives. Ils veulent développer ensemble cette activité pour résister à l'ogre américain Google.

Swisscom et Tamedia vont dès lors fusionner local.ch et search.ch dans une filiale commune. Le premier détiendra 69% de la nouvelle entité et le second 31%.

Approbation de la Comco

Le rachat de PubliGroupe par Swisscom ainsi que le partenariat entre l'opérateur et Tamedia nécessitent l'approbation de la Commission de la concurrence (Comco).

Pour rappel, Tamedia est désomais présent en Suisse romande depuis le rachat des activités helvétiques du groupe vaudois Edipresse. La transaction comprenait notamment les quotidiens "Tribune de Genève", "24 Heures" et "Le Matin".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus