Stabilité financière: la BNS salue les progrès des grandes banques

Les avertissements lancés il y a deux ans par la Banque nationale suisse (BNS) concernant le niveau des fonds propres des grandes banques ont porté leurs fruits. L'institut d'émission salue les progrès réalisés par UBS et Credit Suisse dans leur dotation en capital ainsi qu'en matière de taux de solvabilité (leverage ratio).

Tout au long de l'an passé, les grandes banques helvétiques ont amélioré leur situation en matière de capitalisation, écrit la BNS dans son "Rapport sur la stabilité financière". Leurs taux de fonds propres pondérés des risques surpassent ou sont proches du niveau de 13% fixé par la réglementation "too big to fail", laquelle s'appliquera dès 2019.

Entre le premier trimestre 2013 et celui de cette année, Credit Suisse a vu son taux de fonds propres en mesure d'absorber des pertes passer de 10% à 12,2%. Pour UBS, cette valeur s'est aussi améliorée, de 10,3% à 13,6%.

Alors que Credit Suisse s'est rapproché de la future limite légale en la matière, UBS l'a déjà dépassée. En termes de fonds propres totaux, les deux établissements ont aussi notablement progressé. Pour le numéro un helvétique UBS, il s'est ainsi fixé à 16,6% (contre 11,8% au 1er trimestre 2013), alors qu'il s'est inscrit à 14,4% pour son dauphin Credit Suisse (10%).

Sévère avertissement en 2012

Pour mémoire, la BNS avait jugé il y a deux ans ce dernier niveau trop bas. En tenant compte du bilan net, les fonds propres des deux établissements n'auraient ainsi pas suffi à absorber des pertes équivalentes à celles essuyées par UBS durant la crise financière. Affichant une certaine fermeté, l'institut d'émission avait appelé Credit Suisse a accroître significativement son matelas de capitaux propres.

L'insitut d'émission salue aussi les progrès affichés en matière de taux de solvabilité (leverage ratio). Pour Credit Suisse, ce dernier s'est accru de 2,3% à 3%. Pour UBS, l'indicateur s'est aussi amélioré de 2,3 à 3,1%. De ce fait, le numéro un bancaire helvétique remplit déjà la future exigence de 3,1% qui sera applicable dès 2019.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus