Sortie du nucléaire: les Verts ne comptent que sur leur initiative

Les Verts ne sont pas près de retirer leur initiative populaire "Sortir du nucléaire". Les délibérations de la commission de l'énergie du Conseil national ont convaincu le parti de tenir bon. Au fil des délibérations sur la stratégie énergétique 2050, l'abandon progressif de l'atome s'est perdu en cours de route, selon eux.

L'initiative demandant de débrancher les centrales nucléaires au bout de 45 ans au maximum est "plus indispensable que jamais", a déclaré la coprésidente des Verts Adèle Thorens devant la presse. Elle est désormais le seul projet fixant un délai pour la mise hors service des réacteurs atomiques, selon la Vaudoise.

Après une année de délibérations sur la stratégie énergétique prônée par le Conseil fédéral, la commission de l'énergie a accouché d'une "réforme gentille" qui sera débattue en décembre à la Chambre du peuple, a ironisé le conseiller national Bastien Girod (Verts/ZH).

Avant la catastrophe nucléaire de Fukushima, on parlait de débrancher les centrales nucléaires après 40 ou 50 ans. Même les exploitants réclamaient de nouveaux réacteurs en raison des risques présentés par les anciens.

Votation en 2016?

Entre-temps, la majorité de la commission envisage une durée de vie de plus de 50 ans, voire même plus de 60 ans, si l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) donne son feu vert, s'est-il insurgé. Pourtant, de par le monde, les centrales sont mises hors service en moyenne après 30 ans, d'après les Verts.

Finalement, la commission a freiné les investissements en faveur des énergies renouvelables pour maintenir les anciens réacteurs, a renchéri Adèle Thorens. Pour elle, le projet pourrait s'intituler: "voici comment nous allons prolonger la durée de vie de nos vieilles centrales nucléaires". La votation sur l'initiative des Verts n'aura probablement pas lieu avant 2016.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus