Schmolz+Bickenbach publie les détails de sa hausse de capital

Le groupe sidérurgique Schmolz+Bickenbach en difficulté publie les détails de son augmentation de capital. L'opération, qui doit être approuvée jeudi lors d'une assemblée générale extraordinaire, doit permettre de lever 438,2 millions de francs.

Dans le détail, la transaction porte sur une diminution de la valeur nominale de l'action de 3,50 francs à 0,50 franc, s'accompagnant d'une baisse du capital-actions de 413,4 millions à 59,1 millions, selon un communiqué de la firme germano-lucernoise.

Dans un deuxième temps, la société compte émettre 826,9 millions de nouvelles actions nominatives au prix de 0,50 franc par titre, entraînant un relèvement du capital-actions à 472,5 millions.

Schmolz+Bickenbach a fixé le prix définitif de souscription des nouvelles actions nominatives à 0,53 franc par nouveau titre, lui permettant d'empocher un montant brut de 438,2 millions.

L'entité représentant les familles fondatrices, Schmolz+Bickenbach KG (S+B KG), et Renova, le véhicule d'investissement du milliardaire russe Viktor Vekselberg, qui détiennent ensemble 40,68% du groupe, vont exercer entièrement leurs droits de souscription, précisent-ils.

L'assemblée générale prévue dans l'après-midi intervient au terme d'un bras de fer de plusieurs semaines qui opposait d'un côté Renova, alliée aux familles fondatrices. De l'autre côté, se trouvait le conseil d'administration.

Longue querelle

C'est l'assemblée générale de fin juin qui a mis le feu aux poudres. Alors que les héritiers des fondateurs de Schmolz+Bickenbach (société allemande qui avait fusionné avec Swiss Steel en 2006) et Viktor Vekselberg exigeaient une hausse du capital de 434 millions, les actionnaires indépendants ont avalisé la proposition des administrateurs, à savoir une augmentation de 330 millions seulement.

Parallèlement, les deux parties étaient en désaccord sur l'offre publique d'achat (OPA) publiée le 12 juillet par Renova. Celle-ci prévoit, par le biais de la filiale Venetos, 2,85 francs nets par action de 3,50 francs de valeur nominale.

Le 23 juillet, un accord a été conclu afin de parvenir à une solution négociée. Il stipulait que S+B KG et Renova pourraient mener un examen des comptes de la société. En contrepartie, le conseil d'administration du sidérurgiste serait autorisé à faire examiner par un organisme indépendant les conditions de l'OPA.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes