Sauvetage du bateau russe dans l'Antarctique encore retardé

L'évacuation des passagers d'un navire russe bloqué dans les glaces de l'Antarctique depuis plus d'une semaine a de nouveau été retardée jeudi, ont annoncé les secours australiens. En cause: des conditions de sécurité défavorables.

L'Autorité australienne de la sécurité maritime (AMSA) avait espéré commencer jeudi l'évacuation par hélicoptère de 52 passagers du MV "Akademik Chokalski". Le navire transporte également 22 membres d'équipage.

Le bateau russe, à bord duquel se trouvent des touristes et des scientifiques australiens, britanniques et néo-zélandais, est piégé dans la glace depuis le 24 décembre à une centaine de milles nautiques à l'est de la base française Dumont d'Urville.

Plusieurs tentatives de secourir le navire se sont révélées infructueuses. Les brise-glaces envoyés à sa rescousse ont dû rebrousser chemin faute de capacité suffisante pour fendre l'épaisse banquise. Dernier en date, le bâtiment australien "Aurora Australis" a fait demi-tour lundi pour cause de mauvais temps.

Glaces dérivantes

Les autorités australiennes, qui coordonnent les secours, veulent utiliser l'hélicoptère se trouvant à bord du brise-glaces chinois "Xue Long", lui aussi dans la région, pour évacuer les passagers. Une fois sur le navire chinois, une péniche devrait les conduire jusqu'au brise-glaces australien. L'évacuation doit prendre environ cinq heures.

Mais les glaces dérivantes rendent impossible la navigation de la péniche d'un navire à l'autre, L'opération ne devrait donc pas avoir lieu ce jeudi, selon l'AMSA.

"L'hélicoptère du Xue Long ne peut pas se poser sur l'Aurora Australis pour des raisons de charge maximale autorisée et pour le moment il ne peut pas non plus, pour des raisons de sécurité, se poser près de l'Aurora Australis", a-t-elle précisé dans un communiqué.

Trois semaines

Les passagers du navire russe reproduisent l'expédition historique menée dans l'Antarctique il y a un siècle (1911-1914) par l'explorateur australien Sir Douglas Mawson. Ils effectuent les mêmes expériences que celles menées à l'époque.

Avant d'être pris dans la banquise, le bâtiment se trouvait dans une zone où les bateaux peuvent normalement circuler à cette époque de l'année, mais un brusque changement des conditions météo l'a poussé vers les glaces. L'expédition a démarré il y a trois semaines et le navire devait rejoindre la Nouvelle-Zélande début janvier.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus