Saint-Gobain veut prendre le contrôle de Sika

Le groupe français Saint-Gobain veut prendre le contrôle de la société zougoise de spécialités chimiques Sika. Il tente d'acheter les parts de la famille fondatrice, actionnaire majoritaire. La direction et une partie du conseil d'administration s'y opposent et menacent de démissionner.

Saint-Gobain a l'intention d'acquérir pour 2,75 milliards de francs les 16,1% du capital détenu par la holding Schenker Winkler, a indiqué le géant français dans un communiqué. L'opération lui permettra de détenir 52,4% des droits de vote.

La holding Schenker Winkler a choisi Saint-Gobain au terme d'une procédure de vente confidentielle, a expliqué le PDG du groupe français Pierre-André de Chalendar lors d'une conférence téléphonique. La direction a été avertie du projet. Les discussions avec elle ont été constructives, avant d'aboutir à un revirement total dimanche, a-t-il ajouté. "Nous ne nous l'expliquons pas".

Les deux titres dévissent

La direction et une partie du conseil d'administration de Sika menacent de démissionner si le groupe français Saint-Gobain arrive à prendre le contrôle de la société. Ils ont indiqué dans un communiqué séparé ne pas avoir été impliqués dans les négociations. Ils rejettent la proposition, arguant d'un manque de logique industrielle et de synergies entre les deux entreprises.

Les marchés n'ont pas salué la nouvelle. L'action Sika a ouvert en nette baisse à la Bourse suisse, plongeant de 12,5% à l'ouverture dans un SMI stable. Le titre Saint-Gobain a, lui, perdu 3,92% à la Bourse de Paris.

Synergies en vue

Compte tenu de la proximité des activités de Sika avec les métiers de Saint-Gobain, tant dans les produits pour la construction que les matériaux innovants ou la distribution bâtiment, l'opération devrait générer un montant de synergies de 100 millions d'euros (120 millions de francs) dès 2017, a indiqué le groupe français. Cette somme atteindrait 180 millions d'euros par an dès 2019.

Cette opération sera créatrice de valeur à partir de la quatrième année. La réalisation de cette opération est soumise aux autorités de la concurrence compétentes. Elle est envisagée au plus tard au second semestre 2015.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus