Rappels de véhicules: la patronne de GM promet des explications

La patronne de General Motors (GM) Mary Barra promet de faire toute la lumière sur les rappels tardifs de millions de véhicules qui, équipés d'une pièce défectueuse, sont associés à 13 morts. Cette affaire fragilise l'image du constructeur automobile, qui vient d'annoncer de nouveaux rappels pour un défaut différent.

"Je ne peux pas vous dire pourquoi ça a pris autant de temps pour annoncer un défaut de sécurité dans ce programme, mais je peux vous dire que nous trouverons", promet Mme Barra, selon les propos liminaires d'une audition prévue mardi devant le Congrès, distribués lundi à des journalistes.

Mary Barra, qui a pris les rênes de GM mi-janvier, doit expliquer aux parlementaires pourquoi GM, qui était informé depuis 2001 du problème, a continué à équiper ses voitures de cette pièce, alors même que des accidents mortels lui étaient signalés.

Triple enquête

Un défaut du commutateur d'allumage, qui a empêché les airbags de se déployer, a été lié à une trentaine d'accidents qui ont provoqué la mort de 13 personnes, selon un décompte du constructeur. Ce qui vaut à GM d'être au centre d'une triple enquête (du département de la Justice, de l'agence américaine de sécurité routière NHTSA, et du Congrès).

Entre mi-février et fin mars, GM a ainsi rappelé 2,6 millions de Chevrolet Cobalt, Pontiac 5, Saturn Ion et Sky et Solstice, produits entre 2003 et 2011. Selon deux documents, l'un produit par GM et l'autre par le Congrès, le groupe automobile était au courant du défaut dès 2001 lors de la pré-production d'un des modèles, la Saturn Ion.

Nouveau rappel

Le groupe a indiqué lundi avoir notifié NHTSA de son intention de rappeler plus de 1,3 million d'autres véhicules aux Etats-Unis (et 200'000 à l'étranger, notamment au Canada et au Mexique) pour un défaut dans le système de direction assistée. Le constructeur a précisé qu'il passerait dans ses comptes du 1er trimestre une charge liée à ces rappels pouvant aller jusqu'à 750 millions de dollars.

Dans un communiqué publié lundi soir, il précise ne pas être en mesure de dire s'il y a eu des accidents impliquant les véhicules concernés. Ceux-ci peuvent connaître une perte subite de la direction assistée et se mettre en conduite manuelle.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus