Près de 11% des routes ne seront pas conformes d'ici mars 2015

Dans près de 11% du réseau des routes nationales, les mesures contre le bruit prévues par le Conseil fédéral ne pourront pas être appliquées d'ici fin mars 2015 comme prévu. Quelque 190 kilomètres de routes ne seront pas conformes aux normes.

L'Office fédéral des routes (OFROU) promet un rapport visant à diminuer les nuisances sonores sur ces tronçons. Il reste néanmoins des parties sur lesquelles l'assainissement du réseau routier en terme de bruit ne sera pas possible, avertit son porte-parole Thomas Rohrbach, confirmant des informations des quotidiens alémaniques "Bund" et "Tagesanzeiger".

Selon lui, environ 56'000 riverains sont touchés par le bruit. D'après la législation actuelle, les propriétaires fonciers seraient d'ailleurs en droit de porter plainte.

Les routes auraient déjà dû être mises aux normes dès 2002. Devant les problèmes de financement et de travaux, le Conseil fédéral a décidé en 2004 de prolonger le délai jusqu'en mars 2015 pour le réseau des routes nationales et jusqu'en 2018 pour le réseau routier restant.

De nombreuses communes et cantons ne pourront pas respecter cette échéance non plus, avancent les deux journaux alémaniques. Aux fragments routiers qui ne sont pas encore équipés contre le bruit, s'ajoutent de surcroît ceux qui ont déjà été assainis, mais dont les mesures sont jugées insuffisantes, soit quelque 400 kilomètres sur 1600 kilomètres.

Du bruit qui pourrait coûter cher

Les mesures sur la protection contre le bruit sur le réseau des routes nationales ont coûté jusqu'à présent environ 2,5 milliards de francs. L'OFROU estime que 1,5 milliard de francs supplémentaires seront nécessaires d'ici 2030.

Les dédommagements pourraient s'élever à près de 19 milliards de francs, estime l'OFROU. Des frais qui devraient être majoritairement à la charge des cantons et des communes, propriétaires des routes.

Pour éviter une pluie de procédures, la Confédération table sur un changement de système. Les personnes concernées par le bruit pourraient par exemple recevoir un dédommagement financier annuel, perdant ainsi leur droit de porter plainte contre le bruit. Un tel modèle coûterait environ 370 millions de francs par an à la Confédération.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes