Pour Christophe Darbellay, l'accord avec Washington est unilatéral

L'accord entre la Suisse et les Etats-Unis dans le cadre du conflit fiscal est "unilatéral", juge Christophe Darbellay dans la presse dominicale. Mais le président du PDC suisse attend, comme beaucoup, les détails qui accompagnent cet accord avant de porter un jugement définitif.

Cet accord "est une solution unilatérale, de la pure arrogance impérialiste venue de l'autre côté de l'Atlantique", résume le Valaisan dans une interview à la "NZZ am Sonntag". Mais prudemment, il estime également qu'il est "prématuré d'émettre un avis définitif" avant de connaître les tenants et aboutissants du texte.

Par conséquent, il affirme n'être pas encore en mesure de pouvoir dire si lors du débat au Conseil national il soutiendra ou non l'arrangement conclu entre Berne et Washington. "Comme beaucoup de parlementaires à Berne, nous attendons de connaître l'offre exacte faite par les Américains", explique-t-il.

"Nous souhaiterions avoir en notre possession plus d'informations", résume le PDC valaisan, qui n'entend pas se faire "bousculer ni par le Conseil fédéral ni par les médias" dans ce dossier.

Une chose est sûre, "les banques vont devoir se tenir à carreau", explique-t-il. "C'est un scandale qu'après 2009 et l'affaire UBS, de l'argent américain non déclaré ait encore pu être accepté. Les banquiers avouent eux-même, en toute discrétion à l'hôtel Bellevue (à Berne), qu'ils ont aujourd'hui besoin de trouver une solution".

En conclusion, Christophe Darbellay déclare qu'il n'accorde personnellement aucune confiance aux Américains même si l'accord est finalement validé par un "oui" devant le parlement suisse.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes