Perspectives positives pour l'horlogerie suisse, selon une étude

Malgré une croissance ralentie depuis un an, l'industrie horlogère va poursuivre son expansion à la faveur de livraisons en hausse vers les pays émergents. Mais le processus de concentration du secteur va aussi s'accélérer, selon Credit Suisse.

Si les perspectives demeurent globalement favorables, les petits producteurs indépendants devront faire face à des défis de taille, indique jeudi Credit Suisse dans une étude.

Selon le numéro deux bancaire helvétique, le durcissement de la situation sur le front de la sous-traitance, le projet "Swissness" ainsi que des coûts de distribution élevés sur les marchés en croissance accéléreront le processus de concentration du secteur.

Locomotive des exportations helvétiques, l'industrie horlogère suisse a enregistré une croissance moyenne de ses envois à l'étranger de 17% par an entre 2010 et 2012, rappelle l'établissement zurichois. L'an passé, leur volume s'est hissé à un record historique de plus de 21 milliards de francs, malgré la vigueur du franc suisse et la crise de l’euro.

Aujourd’hui, les exportations horlogères représentent près de 11% des exportations totales de marchandises, ce qui fait de l’horlogerie le troisième secteur exportateur de Suisse derrière l'industrie pharmaceutique et le secteur des machines. Une réussite que les économistes de Credit Suisse attribuent notamment à une large diversification géographique des marchés de débouchés et à l’orientation précoce vers le segment du luxe.

/SERVICE


Actualisé le