Peine de prison confirmée, dommages et intérêts annulés

La Cour de cassation a confirmé mercredi la condamnation de l'ex-trader de la Société Générale Jérôme Kerviel à cinq ans de prison, dont trois ferme. Elle a en revanche annulé les dommages et intérêts record de 4,9 milliards d'euros (6 milliards de francs), renvoyant ce volet à un nouveau procès.

"C'est une victoire" pour Jérôme Kerviel, a renchéri son conseil, Me David Koubbi, alors que l'avocat de la Société Générale, Me Jean Veil, a lui considéré que l'ex-trader avait "perdu son procès".

Concernant sa condamnation à de la prison, a expliqué Me Spinosi, "la peine est aujourd'hui exécutoire, nous allons prendre attache au plus tôt avec le parquet" pour savoir quand et comment Jérôme Kerviel, 37 ans, devra purger sa peine.

Pas d'aménagement de peine

Il ne pourra pas bénéficier d'un aménagement de peine avant incarcération, qui n'est ouvert qu'aux personnes condamnées à moins de deux ans d'emprisonnement. En 2008, il avait passé 41 jours en détention provisoire, ce qui porte le solde de sa peine à un peu plus de deux ans et 10 mois.

Plus de six ans après les faits, Jérôme Kerviel, accusé par la Société Générale de lui avoir faire perdre près de 5 milliards d'euros en 2008, continue à clamer son innocence et à reprocher à son ancien employeur d'avoir menti sur ses propres responsabilités dans l'affaire.

Il était absent mercredi au prononcé de la décision de la Cour de cassation. Il a entrepris depuis bientôt un mois une marche depuis Rome, après une rencontre avec le pape.

/ATS


Actualisé le