Nestlé attaque l'année 2014 sur des ventes en baisse

Après une année 2013 globalement difficile, Nestlé a connu un premier trimestre 2014 placé sous le signe du recul des ventes. D'un an à l'autre, le chiffre d'affaires du géant vaudois de l'alimentation s'est contracté de 5%, à 20,82 milliards de francs.

Les recettes du groupe ont subi l'impact de l'effet négatif substantiel des taux de change, qui s'est monté à 8,6%, a indiqué mardi Nestlé dans un communiqué. Quant aux acquisitions (nettes des cessions), elles ont contribué à hauteur de 0,7% au recul des ventes.

Durant la période sous revue, la croissance organique s'est élevée à 4,2%, soit 2,6% de croissance interne réelle et 1,6% d'adaptation des prix. Cette croissance "est en ligne avec nos prévisions, davantage conduite par les volumes que par les prix", a commenté l'administrateur délégué de l'entreprise Paul Bulcke, cité dans le communiqué.

Prévisions confirmées

Pour l'ensemble de l'année, le groupe confirme ses perspectives, à savoir une "performance plus forte au second semestre", une croissance organique d'environ 5% et une amélioration des marges, a précisé le Belge.

Les recettes dégagées par Nestlé entre janvier et mars sont inférieures aux prévisions des analystes interrogés par l'agence AWP. Ces derniers tablaient sur des ventes de 21,2 milliards. La croissance organique a en revanche légèrement dépassé les attentes des spécialistes, qui se situaient à 4,1%.

Pâques tardive

Marquée par un environnement des ventes au détail atone, la zone Europe a accusé une adaptation des prix négative due aux pressions déflationnistes. Le secteur de la confiserie a par ailleurs été affecté par une Pâques tardive. Reste que l'Espagne et le Portugal ont montré "de premiers signes encourageants de reprise", se réjouit Nestlé. Le chiffre d'affaires de la zone prise dans son ensemble atteint 3,5 milliards (contre 3,7 milliards).

Les autres activités du géant alimentaire basé à Vevey se sont bien comportées durant le 1er trimestre, engendrant un chiffre d'affaires en légère hausse, à 2,9 milliards de francs. Nespresso a notamment maintenu sa dynamique grâce à l'étoffement de la gamme de produits.

/ATS


Actualisé le