Les restaurants "crados" ne seront pas placés sur une liste noire

La Suisse ne se dotera pas de listes noires de restaurants à l'hygiène douteuse. Le Conseil des Etats a définitivement écarté mardi l'idée dans la révision de la loi sur les denrées alimentaires. La Chambre des cantons a également demandé que l'origine des poissons soit connue.

La décision est tombée par 24 voix contre 18. Exit ainsi la disposition censée assurer l'information sur les résultats des contrôles des denrées alimentaires. L'idée, avalisée par le National, était de fournir gratuitement aux restaurants un certificat de conformité précisant uniquement qu'un contrôle a établi le respect des principales exigences de la législation sur les denrées alimentaires.

La droite a plaidé pour le maintien du secret prévalant aujourd'hui. Le certificat pourrait donner une fausse sécurité aux consommateurs, a justifié Ivo Bischofberger (PDC/AI).

Origine des poissons bientôt connue

Par ailleurs, les consommateurs devraient bientôt connaître l'origine de la sole ou des moules qu'ils achètent ou mangent au restaurant. Le Conseil des Etats a transmis mardi tacitement une motion du National exigeant une mise au pas du poisson avec la viande en matière de déclaration de provenance.

Alors que le pays d'origine doit être mentionné sur la viande et les produits à base de viande, y compris pour la vente de détail, le poisson échappe à la règle. Il n'est pas obligatoire de déclarer par écrit l'origine des poissons vendus au détail, mais seulement pour les poissons pré-emballés.

Cette inégalité de traitement n'a pas de raison d'être, a estimé la Chambre des cantons . Plusieurs espèces de poissons sont menacées d'extinction. En outre, pour certains poissons, crustacés et coquillages se pose la question de la concentration de métaux lourds, comme le mercure. La déclaration d'origine pourrait aussi tenir compte de la méthode de production et de pêche.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus