Les principaux partis soutiennent le FAIF

Les principaux partis politiques suisses soutiennent le "Financement et aménagement de l'infrastructure ferroviaire" (FAIF). Le projet, soumis au peuple le 9 février, permet notamment de répondre à la mobilité croissante, entretenir le réseau et conserver des emplois, avance le comité interpartis "Oui à FAIF".

Le réseau ferroviaire suisse est le plus chargé au monde et la mobilité croît. Un aménagement ferroviaire ciblé s'avère nécessaire, écrit lundi le comité. De plus, FAIF "rassemble les régions, la ville et la campagne", argumente la conseillère nationale (PBD/BE), Ursula Haller Vannini, citée dans le communiqué.

Outre les nouveaux projets, l'entretien et la sécurité du réseau pourront être assurés. De plus, plaide le conseiller national Olivier Français (PLR/VD), les transports publics constituent également un employeur important, dans lequel "il faut continuer d'investir".

Les transports totalisent aujourd'hui 34 % de la consommation globale d'énergie et 60 % de celle de pétrole, constate la conseillère nationale Regula Rytz (Verts/BE). Il faut prendre en considération le développement du rail afin de ne pas négliger l'aspect environnemental. Par ailleurs, le financement de ce fonds est honnête et équitable, affirme This Jenny (UDC/GL).

Le comité interpartis se constitue de 173 parlementaires nationaux et conseillers d'Etat. Ils viennent de toutes les régions et des sept principaux partis, soit le PBD, PDC, PLR, PVL, Verts, PS et UDC.

/ATS


Actualisé le