Les lunettes de Google accessibles au grand public aux Etats-Unis

Google passe à la vitesse supérieure pour ses lunettes interactives controversées. Elles seront accessibles pour la première fois au grand public aux Etats-Unis la semaine prochaine.

N'importe quel Américain prêt à dépenser 1500 dollars (1324 francs) pourra rejoindre les rangs jusqu'ici restreints des "explorateurs" qui testent les "Google Glass", à partir du 15 avril via le site www.google.com/glass/start/how-to-get-one/, a annoncé jeudi le géant Internet.

"Le site ne sera ouvert que pour une durée limitée, alors sortez vos agendas", prévient un message publié sur le réseau Google+. Le groupe ne précise pas quand l'offre expirera, mais souligne qu'il s'agit de "la plus importante expansion du programme d'explorateurs" jusqu'à présent.

Soucieux d'améliorer l'adoption par un plus large public, Google a fait des efforts ces derniers mois pour donner à ses lunettes un aspect plus attractif. Il a notamment annoncé un partenariat avec le groupe italien Luxottica, propriétaire entre autres des marques Ray-Ban ou Oakley.

Protection de la vie privée

Cette collaboration doit permettre d'améliorer l'esthétisme des lunettes, et Google a laissé miroiter des collections exclusives. Luxottica dit vouloir mettre les premières paires sur le marché en 2015.

Au-delà de l'aspect de ses lunettes, Google a un autre type d'obstacles à franchir s'il veut les commercialiser en masse: les craintes sur la protection de la vie privée.

Les Google Glass sont en effet équipées d'un appareil photographique et d'une caméra pouvant être déclenchés discrètement, parfois d'un simple clignement d'oeil, et leur connexion Internet permet de diffuser rapidement ces images. Cela a conduit dans le passé certains porteurs de l'appareil à se faire expulser de restaurants, cafés ou autres établissements.

Les lunettes de Google sont, avec les montres et autres bracelets développés par une série de fabricants, un exemple du créneau en plein essor de l'électronique en "prêt-à-porter", incorporée à des vêtements ou des accessoires.

Les analystes prédisent un avenir radieux à ce marché: le cabinet de recherche IDC a encore indiqué jeudi s'attendre à un triplement des ventes de ce type d'appareils cette année, à 19 millions d'unités. Et le volume pourrait d'après lui atteindre 111,9 millions en 2018.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes