Les Suisses ont apparemment fini de bouder les vins maison

Les Suisses ont apparemment fini de bouder le vin indigène. Après plusieurs années de baisse, la consommation de vins suisses est repartie à la hausse en 2013, de plus de 10% par rapport à l'année précédente. L'Office fédéral de l'agriculture explique en partie ce changement de tendance avec les mesures d'allégement du marché décidées par le Parlement en 2012.

Par rapport à la moyenne des années 2010-2012, la hausse de la consommation de vins suisses est d'environ 6%. Elle a atteint l'an dernier 107 millions de litres, répartis à parts presque égales entre blanc (53 millions; +7 millions par rapport à 2012) et rouge (54 millions; +3millions), a indiqué mardi l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG).

Avec 39%, la part de marché des vins locaux a certes augmenté de trois points, mais la consommation globale a également connu une hausse. Celle du blanc a cru de près de 7%, à 90 millions de litres, tandis que celle du rouge a affiché 183 millions de litres, quasi stable par rapport aux années précédentes.

Au total, la consommation de vin en Suisse s'est élevée à 273 millions de litres, en hausse de 5,5 millions (+2,05% par rapport à 2012).

Déclassé en vin de table

Cette hausse de la consommation du vin suisse s'explique en partie par la baisse de ses prix. Face à une situation difficile après l'importante récolte de 2011, les Chambres fédérales ont pris des mesures d'allégement du marché l'année suivante. Ainsi, en 2013, trois millions de litres de vins AOC ont été déclassés en vin de table, meilleur marché.

La mesure est limitée à la fin de cette année. Avant de tirer des conclusions pertinentes, il faudra néanmoins observer l'évolution de la consommation sur plusieurs années. La consommation 2013 est en effet calculée en additionnant les stocks disponibles fin 2012 et la récolte de 2013, déduction faite des stocks restants fin 2013.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus