Les Européens ont du mal à avancer vers plus d'intégration

Les dirigeants européens ont montré jeudi leur difficulté à avancer vers plus d'intégration, autant en matière de défense que d'économie. François Hollande devra attendre le second jour du sommet pour savoir quel soutien l'Europe pourrait apporter à l'intervention française en Centrafrique.

La chancelière allemande, Angela Merkel, a plaidé pour une plus grande coopération entre Européens, notamment en matière de défense, un sujet qui n'avait pas été au menu d'un sommet européen depuis cinq ans. "L'Europe pourrait travailler de manière beaucoup plus étroitement coordonnée", a-t-elle déclaré, en évoquant une "mise en commun" dans les équipements.

Le président français, François Hollande, a souhaité des "résultats". Il a notamment pour un accord de coopération dans "le drone de nouvelle génération qui pourrait être justement l'une des réalisations de l'Europe".

Cameron bloque

Mais le Premier ministre britannique, David Cameron, a sèchement confirmé que Londres bloquerait toute initiative allant dans le sens d'une véritable défense européenne. "Il est sensé pour les nations de coopérer dans le domaine de la défense afin d'assurer notre sécurité. Mais il n'est pas bon pour l'UE de se doter de capacités communes, d'armées, de moyens aériens et du reste", a-t-il affirmé.

Les dirigeants de l'UE ont aussi prévu de lancer quelques programmes, notamment dans les drones, le ravitaillement en vol, les satellites ou la cybersécurité.

Financement

Sur le problème du financement posé par la France, qui est engagée dans deux interventions armées au Mali et en Centrafrique, les chefs d'Etat et de gouvernement ont prévu d'examiner "rapidement" la question en vue "d'améliorer" le système existant.

François Hollande a dit espérer que l'opération lancée par la France en Centrafrique devienne une mission européenne grâce notamment à l'envoi de soldats par la Pologne. "Si cette décision se confirme", l'opération pourrait être "considérée comme une opération européenne et il y aura des financements", a-t-il ajouté.

Merkel

Mais la chancelière allemande a souligné qu'un Etat devait recevoir un mandat des 28 pour qu'une opération devienne une mission de l'UE.

"Un mandat du conseil de sécurité de l'ONU ne suffit pas, il faut aussi un mandat de l'Union européenne pour soutenir ce genre de mission politique. (...) Nous ne pouvons pas financer de mission militaire si nous ne sommes pas impliqués dans le processus de décision", a-t-elle assuré.

Il y a une différence

"Il y a une différence entre mission européenne et mission de l'UE", a fait remarquer un diplomate européen. Seule une mission de l'UE peut bénéficier de fonds européens, mais elle doit être approuvée par les 28 et c'est un processus qui prend du temps, "de quelques semaines à quelques mois", a-t-il ajouté.

Les chefs d'Etat et de gouvernement doivent de nouveau discuter de la Centrafrique vendredi. Ils évoqueront aussi la situation en Ukraine, en pleine crise depuis que son président a reporté la signature d'un accord d'association avec l'UE.

Contrats ou solidarité

Sur le plan économique, les Européens progressent aussi à pas comptés sur le chantier de l'approfondissement de l'union économique et monétaire. Les Allemands insistent pour renforcer l'emprise des institutions européennes sur les politiques économiques des Etats membres, au travers de "contrats", alors que les Français plaident pour plus de "solidarité" financière.

Mais les positions se rapprochent et, un an et demi après l'ouverture de ce chantier, les chefs d'Etat ou de gouvernement devraient se fixer l'objectif d'atteindre un "accord global" en octobre 2014. Il faudra toutefois des années, et peut-être une révision des traités européens comme le souhaite l'Allemagne, pour aboutir.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus

Erreur de rendu non gérée dans 'MostViewedLastDay' part: System.Collections.Generic.KeyNotFoundException: La clé donnée était absente du dictionnaire. à System.Collections.Generic.Dictionary`2.get_Item(TKey key) à IceCube.CustomObjects.LoadCached(Int32 id, Boolean forceLoad, Boolean editable) dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\CommonObjectThings\CustomObjects.cs:ligne 467 à IceCube.CustomObjects.Load(Int32 id) dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\CommonObjectThings\CustomObjects.cs:ligne 542 à IceCube.Formatters.DocumentFormatter.Callback(String sectionName, DataRowView dr, Int32 itemIndex, ITemplate t) dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\Formatters\DocumentFormatter.cs:ligne 47 à IceCube.ASPTemplate.FormatRepeater(String sectionName, DataView dv, RepeaterItemCallback itemCB) dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\Rendering\ASPTemplate.cs:ligne 2250 à IceCube.BuiltInParts.Repeater.RenderCall(ITemplate currentTemplate, Int32 navID, Int32 zoneID, SitePart sitePartID, Dictionary`2 uiArgs) dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\BuiltInParts\Repeater.cs:ligne 386 à IceCube.BuiltInParts.Repeater.RenderCall(ITemplate currentTemplate, Int32 navID, Int32 zoneID, SitePart sitePartID) dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\BuiltInParts\Repeater.cs:ligne 420 à IceCube.Rendering.CallPartBlockInfo.ToString() dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\Rendering\CallPartBlockInfo.cs:ligne 68