Le service de vidéo en ligne Netflix lancé en Suisse

Les amateurs de séries peuvent se réjouir. Poursuivant son expansion en Europe, Netflix a lancé dans la nuit de mercredi à jeudi ses opérations en Suisse. Le géant américain de la diffusion en direct sur Internet, qui revendique pas moins de 50 millions de clients, entend attirer d'ici cinq à dix ans un tiers des ménages helvétiques.

"Bonjour! Netflix est désormais disponible aussi en Suisse", a ainsi annoncé dans un message sur le réseau social Twitter le premier service de vidéo en flux continu sur Internet (streaming), déjà lancé en Allemagne et en France dans la nuit de lundi à mardi. En Suisse, l'abonnement mensuel démarre à 11,90 francs.

Fondé en 1997, le groupe a tout d'abord été présent uniquement aux Etats-Unis durant dix ans, a expliqué Reed Hasting, patron et cofondateur de Netflix, dans un entretien accordé jeudi à l'ats. L'entreprise sise à Los Gatos, en Californie, a entamé son expansion européenne en 2011 par la Grande-Bretagne, puis la Scandinavie, il y deux ans.

L'an passé, Neflix a débuté sa conquête des écrans néerlandais."Nous avons rencontré le succès sur chacun de ces marchés", a précisé M. Hastings. Forts de ce résultat, "nous avons décidé de lancer nos opérations en Allemagne, en France, en Suisse, en Autriche, en Belgique et au Luxembourg".

Contenus en allemand et en français

En Suisse, l'offre de Netflix comprend des contenus en allemand et en Français. Les catalogues francophone et germanophone correspondent en gros à ceux disponibles en France et en Allemagne et les abonnés helvétiques ont accès aux deux.

Quant aux italophones, ils devront eux prendre leur mal en patience, la compagnie californienne n'est pas encore présente en Italie. De l'avis de Reed Hastings, l'avenir de la télévision se jouera clairement sur Internet, avec des applications pour les tous les types d'appareils en mesure de se connecter.

La stratégie que suit Netflix, puisque ses clients peuvent visionner le catalogue à partir d'une tablette, d'un smartphone, d'une console de jeux (Wii, Wii U, XBox, Playstation), d'un téléviseur récent connecté à Internet (smart TV) ou encore de lecteurs multimédias tels que l'Apple TV ou Google Chromecast.

L'offre de Netlfix ne s'adresse pas aux amateurs de sport devant le petit écran. Et il en restera ainsi à l'avenir, M. Hasting jugeant trop chère l'acquisition des droits de retransmission.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus