Le président de Glencore Xstrata débarqué par les actionnaires

Le président de Glencore Xstrata, John Bond, a annoncé jeudi à la surprise générale avoir été évincé de son poste lors de la première assemblée générale annuelle des actionnaires du groupe minier et de négoce zougois. L'ancien patron du pétrolier britannique BP, Anthony Hayward, va occuper le poste de président par intérim.John Bond, l'ancien président du conseil d'administration de Xstrata avec lequel Glencore a fusionné le 2 mai, était proposé à l'élection du conseil d'administration du nouveau groupe et devait en devenir le président. Mais il n'a pas été élu.Lors de l'assemblée générale ce jeudi à Zoug, 80,85% des actionnaires ont voté contre sa nomination, selon le compte rendu. D'autres administrateurs ont également été rejetés par les porteurs. Le directeur général du nouveau groupe est Ivan Glasenberg.M. Hayward a été désigné président par intérim avec effet immédiat, l'intention étant qu'il démissionne à l'arrivée d'un nouveau président, a souligné le groupe. "Le conseil d'administration va consulter ses principaux actionnaires extérieurs" et le comité de nomination va se réunir pour trouver des candidats de rechange, a ajouté Glencore Xstrata.Opposition aux primesRéagissant à sa non-élection, John Bond a indiqué dans un communiqué "respecter la forte opposition de nombreuses personnes" aux primes qui avaient été promises. Initialement, quelque 72 responsables de Xstrata devaient se partager un important pactole, révisé à la baisse à 144 millions de livres (212 millions de francs).Avant la fusion, le montant des bonus avait suscité le courroux de certains actionnaires, alors que d'autres estimaient ces rémunérations nécessaires pour garder les meilleurs éléments de Xstrata.Lors de l'assemblée générale de jeudi, M. Glasenberg a assuré qu'il était prêt à redistribuer le capital excédentaire aux actionnaires. Le groupe considère également la possibilité de rachats d'actions. Un retour à la Bourse suisse SIX, où était coté Xstrata, est par ailleurs étudié. Depuis la fusion, l'action n'est plus cotée qu'à Londres et à Hong Kong. /SERVICE


Actualisé le