Le patron de Sika défend la menace de retrait de la direction

Jan Jenisch, le patron de Sika, défend la menace de retrait de la direction du fabricant zougois de spécialités chimiques en cas de reprise par le groupe industriel français Saint-Gobain. A son avis, la chute du cours de l'action Sika à la Bourse suisse ces derniers jours est la conséquence des plans de Saint-Gobain.

"Notre menace de démission n'a rien à voir avec le cours de l'action. Les investisseurs ont compris que les plans de Saint-Gobain, en l'état, ne fonctionnent pas pour eux", déclare M. Jenisch, dans une interview publiée dimanche dans la "NZZ am Sonntag". Et le patron de Sika de contester le fait que l'action aurait chuté moins fortement sans l'annonce de ce retrait de la direction.

Depuis l'annonce le 8 décembre du rachat par Saint-Gobain de la participation de 16,1% du capital-actions détenue par la famille fondatrice Burkard-Schenker - part qui lui permet de disposer de 52,4% des droits de vote - l'action Sika a perdu près de 30% de sa valeur. En rachetant ces titres pour 2,75 milliards de francs à la famille, le géant français n'a pas besoin de présenter une offre publique d'achat aux autres actionnaires de la société sise à Baar, mais pilotée depuis Zurich.

Les menaces de la direction ne visent pas à l'obtention de certains avantages pour cette dernière, mais représentent un engagement en faveur du personnel et des actionnaires de Sika. M. Jenisch répète qu'il ne peut pas soutenir des plans qui ne peuvent pas être mis en oeuvre. Le projet du groupe français n'est pas réaliste et remet en question la stratégie de croissance de l'entreprise.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus