Le malheur des banques européennes fait le bonheur des américaines

Les malheurs des banques européennes, fragilisées par la crise de la dette et obligées de consolider leurs capitaux en cédant des actifs, font le bonheur de leurs rivales américaines. Celles-ci gagnent des parts de marché, des actifs à bas prix et des liquidités.JPMorgan Chase, Citigroup et Goldman Sachs ont annoncé des résultats parfois décevants, plombés notamment par la crise de la dette européenne. Mais à toute chose malheur est bon. Les banques européennes, sous pression des marchés et des régulateurs, sont contraintes de céder des actifs pour renforcer leurs capitaux propres, à l'instar des Françaises Crédit Agricole, Société Générale et BNP Paribas ou de l'Espagnole Santander. /SERVICE


Actualisé le