La survie des hôtels passe par la qualité et les marchés de niche

Dans les stations des Alpes suisses, les hôteliers ne peuvent pas lutter sur les prix avec les offres des pays voisins. Pour assurer leur avenir, ils doivent miser sur la qualité et sur les marchés de niche, constate mardi une étude du Credit Suisse (CS).Même corrigés des effets de change, les prix dans l'hôtellerie et la restauration sont en Suisse en moyenne 20% plus chers qu'en France, en Italie, en Autriche ou en Allemagne. Cette situation est due aux coûts de la main d'oeuvre et des fournitures, nettement plus élevés en Suisse que dans les pays limitrophes. La force actuelle du franc contribue encore à renchérir les séjours. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes