La bataille du budget chamboule le calendrier de la Fed

Après la bataille politicienne du budget qui a mené l'Amérique au bord du précipice, la Réserve fédérale (Fed) pourrait devoir attendre le début 2014 pour constater une vigueur suffisante de l'économie. Elle lui permettrait de commencer à réduire ses rachats d'obligations du Trésor, estiment des économistes.

Les indicateurs dont elle disposera pour le mois d'octobre risquent en outre d'être peu sûrs après les 16 jours de fermeture des services fédéraux non essentiels, parmi lesquels le bureau des statistiques des différents ministères.

L'accord de dernière minute signé mercredi soir entre démocrates et républicains au Congrès a permis la fin du "shutdown" du gouvernement. Surtout, il évité un défaut de paiement qui aurait fait retomber la première économie mondiale en récession.

Statistiques retardées

Il ouvre aussi la voie à la publication de statistiques qui avaient été retardées, à commencer par les chiffres de l'emploi, de la production industrielle et des ventes au détail de septembre. Les indicateurs d'octobre, en revanche, reposeront sur des enquêtes probablement incomplètes puisque les statisticiens du gouvernement ont été au chômage technique la moitié du mois.

Le département du Travail a annoncé jeudi que les chiffres de l'emploi de septembre seraient publiés le 22 octobre et ceux d'octobre le 8 novembre. La Fed voudra s'assurer, avant de lever le pied, que le "shutdown" n'aura pas eu d'effets durables sur l'économie et l'emploi.

Selon une enquête réalisée par Reuters auprès de plus de 70 économistes, la paralysie des services gouvernementaux pourrait amputer de 0,3 point de pourcentage la croissance du produit intérieur brut en rythme annualisé au quatrième trimestre. Il ressortirait ainsi à 2,3%, un chiffre considéré comme insuffisant pour faire baisser le taux de chômage.

Il apparaît du coup exclu que la Fed envisage de commencer ce mois-ci à réduire ses rachats d'actifs, actuellement au rythme de 85 milliards de dollars par mois. La Fed réunit son comité de politique monétaire les 29 et 30 octobre, puis les 17 et 18 décembre.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus