La Suisse et la Chine ont trouvé un accord sur le libre-échange

L'accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine est sur le point d'aboutir. Les deux Etats ont terminé les négociations au niveau technique. Il leur reste à prendre les dispositions nécessaires à la signature du texte.Les délégations helvétiques et chinoises ont conclu les négociations vendredi au terme d'un neuvième round de discussions, a indiqué le Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DFER). Les négociations ont démarré officiellement début 2011.Le ministre de l'économie Johann Schneider-Amman était en contact avec son homologue chinois, le ministre du commerce, Gao Hucheng, durant le week-end. Il présentera le texte mercredi au Conseil fédéral. Berne et Pékin vont encore examiner l'accord d'un point de vue juridique avant de le signer. Les aspects techniques résolus, la procédure politique peut démarrer.Contenu pas connuLe DFER n'a pas donné d'indications sur le résultat des négociations. A fin avril, en visite à Pekin, le chef du DFAE Didier Burkhalter avait avancé des divergences sur les produits industriels et l'agriculture. Alors que Berne préconise une baisse des taxes sur les premiers, Pékin voudrait exporter plus facilement ses produits agricoles.L'accord sera aussi au coeur des discussions lors de la visite en Suisse du nouveau premier ministre chinois Li Keqiang le 24 mai.La Suisse a déjà signé plus d'une vingtaine d'accords de libre-échange avec des Etats, selon le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). En général, Berne conclut ces accords dans le cadre de l'AELE. Dans le cas de la Chine, la Suisse a toutefois préféré trouver des négociations bilatérales.L'USAM satisfaiteL'Union suisse des arts et métiers (USAM) se réjouit de la fin des négociations et estime qu'un accord de libre-échange "arrive à point nommé" pour les entreprises helvétiques. Elle attend maintenant la conclusion et la signature rapide de l'accord.L'organisation faîtière note également que l'économie chinoise profitera elle aussi d'un accord avec le "seul pays d'Europe continentale avec lequel elle a établi un partenariat économique étroit". La Suisse peut ainsi devenir la plate-forme de la Chine en Europe, ce dont bénéficieront tous les acteurs, indique l'USAM. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus