La Bourse de Tokyo a bondi de 57% sur l'ensemble de 2013

La Bourse de Tokyo a terminé sa dernière séance de l'année, lundi, en hausse de 0,69%, et a enregistré en 2013 sa meilleure performance depuis plus de quarante ans, avec un bond de 56,72% de l'indice Nikkei.

A la clôture de la journée de lundi, l'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes a gagné 112,37 points à 16'291,31 points, terminant en hausse pour la neuvième journée consécutive et à son plus haut niveau depuis plus de six ans.

L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a grimpé de son côté de 0,95%, prenant 12,22 points à 1302,29 points. Sur l'ensemble de 2013, il a gagné 51,46%. L'activité a été intense, avec 2,91 milliards d'actions échangées sur le premier marché.

Les investisseurs ont de nouveau acheté des actions lundi à la faveur de la poursuite de la dépréciation du yen, qui évolue à son plus bas niveau depuis plus de cinq ans face au dollar. Ce phénomène élève la valeur des revenus tirés de l'étranger par les groupes japonais, lorsqu'ils les convertissent en yens, et favorise la compétitivité des produits Made in Japan.

En tête des principaux marchés

L'an 2013 a constitué un cru exceptionnel pour la place tokyoïte, qui n'avait pas été à pareille fête depuis 1972. La Bourse de Tokyo a même enregistré cette année la meilleure performance des principaux marchés mondiaux.

Les investisseurs nippons ont profité de la nouvelle politique économique du gouvernement japonais, lancée par le Premier ministre de droite Shinzo Abe après son arrivée au pouvoir le 26 décembre 2012.

M. Abe a débloqué d'importants budgets étatiques pour soutenir l'activité, notamment dans le secteur de la construction, et a obtenu de la Banque du Japon (BoJ) qu'elle assouplisse considérablement sa politique monétaire.

Le déversement dans les circuits financiers de dizaines de milliers de milliards de yens par la BoJ a favorisé une nette dépréciation de la devise japonaise - 25% face à l'euro et 20% face au dollar sur l'année - et ce phénomène a dopé les bénéfices des groupes japonais actifs à l'étranger et donc leur cours à la Bourse.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus