La BNS exclut de son portefeuille les actions controversées

La Banque nationale suisse (BNS) a décidé d'exclure de son portefeuille les actions de sociétés dont les activités sont discutables sur le plan éthique. L'institut d'émission monétaire ne précise toutefois pas quelles sont les entreprises concernées.

La direction générale de la BNS renonce à détenir des actions d'entreprises "qui fabriquent des armes prohibées sur le plan international, qui violent gravement les droits humains ou qui causent de manière systématique de graves dommages à l'environnement", écrit la banque centrale dans une prise de position.

L'information a été dévoilée par plusieurs médias vendredi. Le président de la BNS Thomas Jordan s'est exprimé sur le sujet jeudi, en marge d'une conférence à Zurich.

La BNS a investi massivement dans les actions depuis l'introduction du taux plancher de 1,20 franc pour un euro. A fin septembre, elle détenait des actions d'entreprise pour environ 70 milliards de francs, ce qui correspond à 16% de son portefeuille.

Placements dans l'armement

La banque centrale helvétique n'effectue pas de sélection active. Sa politique d'investissement se base sur la réplication d'indices. La BNS ne détient du reste aucune action dans des banques moyennes ou grandes, afin d'éviter tout éventuel conflit d'intérêts.

L'institut d'émission examine régulièrement la question d'exclure de son univers d'investissement des actions supplémentaires, indique-t-il. Il ne souhaite pas s'exprimer plus précisément sur la mise en oeuvre de sa politique de placement. Concernant les fabricants d'armes, la Banque nationale dit appliquer les conventions internationales.

La mise au point de la BNS fait suite à la révélation dimanche que la banque centrale possède des titres d'entreprises américaines actives dans le secteur de la défense, comme des fabricants d'armes, de bombes nucléaires ou à sous-munitions.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes