La BCE prête à endosser ses nouveaux habits de superviseur bancaire

La Banque centrale européenne (BCE) écrira à partir de mardi une nouvelle page de son histoire. Elle endossera alors officiellement les habits de superviseur bancaire unique en zone euro, premier jalon du chantier d'Union bancaire destiné à éviter les crises en Europe.

Mieux anticiper les chocs et résoudre au plus vite les situations de crise, telle sera la mission de cette autorité, qui siégera dans l'Eurotower, l'actuel quartier général de la BCE niché en plein coeur du quartier d'affaires de Francfort.

La surveillance sera "rigoureuse, équitable et indépendante" et menée "sur une base quotidienne", a promis sa patronne, la Française Danièle Nouy. Elle sera secondée par l'Allemande Sabine Lautenschläger, également membre du directoire de la BCE.

Critère de taille

L'organe de supervision, ou "SSM", aura à l'oeil les 120 plus grandes banques de la zone euro, détenant plus de 80% des actifs bancaires de la région. Un nombre qui pourrait encore grimper si des pays de l'Union européenne non membres de la zone euro entraient dans le mécanisme.

Quelque 3500 établissements de moindre importance resteront eux sous la responsabilité de leurs superviseurs nationaux. Mais la BCE se réservera le droit de reprendre la main sur certains d'entre eux en cas de problème.

Un millier d'employés

Pour mener à bien cette nouvelle tâche, dont les coûts seront couverts par les banques elles-mêmes, la banque centrale a recruté depuis l'an dernier près d'un millier de nouveaux collaborateurs.

Le choix de la BCE pour le rôle de superviseur est loin de faire l'unanimité en Europe, et notamment en Allemagne, où l'on craint que l'institution soit juge et parti.

Pour éviter tout conflit d'intérêt, une stricte séparation sera imposée aux équipes de la BCE, promet celle-ci. Les personnels dédiés à la gestion de la politique monétaire s'installeront dans une nouvelle tour située à quelques kilomètres et le SSM sera dirigé par un conseil de surveillance distinct du conseil des gouverneurs de l'institution.

/ATS


Actualisé le